Médecine pour tous: la cardiologie

La cardiologie

cardiologie

Présentée au printemps 2009 par Les Belles Soirées de l’Université de Montréal, la série Médecine pour tous permet d’explorer tous les aspects fondamentaux de la cardiologie moderne.

Pourquoi nos artères se bouchent-elles et que peut-on faire pour prévenir cette obstruction ? Quels sont les signaux d’alerte qui indiquent que l’athérosclérose s’installe ? Que peut-on faire concrètement pour maintenir le meilleur fonctionnement de notre cœur, pour en prévenir l’asphyxie, pour éviter l’infarctus ? Des spécialistes font le point sur la prévention, les traitements et les dernières innovations qui permettent de traiter de façon optimale l’arthérosclérose, la fibrillation auriculaire et les autres troubles du rythme cardiaque, ou pour sauver le cœur quand la revascularisation d’urgence s’impose.

Le système cardiovasculaire

Jean-Louis BrazierLe cœur est une pompe qui ne se repose jamais. Des artères, des veines et des capillaires transportent le sang, fluide vital au plus intime de notre organisme. Des capteurs mesurent les variations de pression, de composition du sang, les moindres écarts de nos paramètres vitaux. Une régulation précise assure la mécanique de ce système merveilleusement complexe. Connaître et comprendre le fonctionnement normal de notre système cardiovasculaire pour assurer une prévention correcte et apprivoiser les façons de le réparer quand il se dérègle, tels sont les objectifs de cette conférence.

Jean-Louis Brazier, doctorat d’État ès sciences pharmaceutiques (Lyon), professeur émérite à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, coauteur de Vivre autrement (Bayard, 2008) et chroniqueur à l’émission Une pilule, une petite granule de Télé-Québec.

Visionner la conférence
Durée: 109 minutes

Cœur en santé: exercice, alimentation et prévention cardiovasculaire

Martin Juneau L’influence des habitudes de vie sur la santé est grandement sous-estimée, ce qui entraîne des conséquences majeures sur les coûts du système de santé. De très nombreuses études ont démontré les bienfaits considérables de l’exercice et de l’alimentation sur la prévention des maladies cardiovasculaires. Malheureusement, et malgré la qualité de ces études, ces résultats scientifiques sont généralement méconnus. L’exercice en prévention primaire (avant l’apparition d’une maladie cardiaque) diminue la fréquence des maladies coronariennes et la mortalité toutes causes confondues de 30 à 40 %. L’exercice en prévention secondaire (après l’apparition d’une maladie cardiaque) réduit la mortalité cardiovasculaire d’environ 20 à 25 %. Quant à l’alimentation, plusieurs études récentes ont démontré qu’un régime de type méditerranéen pouvait diminuer la survenue d’accident coronarien après un premier infarctus dans une proportion d’environ 70 %.

Martin Juneau, maîtrise en psychologie (Montréal), M.D. (Sherbrooke), cardiologue, clinicien et chercheur à l’Institut de de Cardiologie de Montréal, professeur agrégé de clinique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, directeur de la prévention à l’Institut de Cardiologie de Montréal et coauteur de Vivre autrement (Bayard, 2008).

Visionner la conférence
Durée: 104 minutes

Les technologies quotidiennement au service des maladies du cœur

Pierre de GuiseDepuis plus de 20 ans, par une minuscule incision des vaisseaux sanguins de l’aine ou du poignet, un voyage fantastique a débuté vers le cœur, au centre de la cage thoracique. Des interventions de plus en plus précises et complexes sont pratiquées tant à l’intérieur des artères coronaires que dans des structures intra- et extracardiaques. La miniaturisation des différents outils, ballons, cathéters, endoprothèses, associée au perfectionnement des systèmes d’imagerie médicale – radiologique, échographique et de résonance magnétique nucléaire –, permet d’effectuer quotidiennement ces actes qui, naguère, justifiaient, sous anesthésie générale, une chirurgie à cœur ouvert avec ses conséquences de guérison de la cicatrice thoracique et une longue convalescence. Désormais, le patient reprend ses activités professionnelles et sportives dans les heures qui suivent ces délicates opérations par cathétérisme cardiaque.

Pierre de Guise, M.D. (Montréal), cardiologue interventionnel à l’Institut de Cardiologie de Montréal et au CHU Sainte-Justine et professeur adjoint de clinique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Visionner la conférence
Durée: 140 minutes

Femmes et maladies cardiaques

Sylvie MailletteNettement sous-estimée, la maladie coronarienne est devenue la première cause de décès chez les femmes, alors que chez les hommes elle est désormais surpassée par le cancer. Énumérant les facteurs de risque, dont le tabac, l’obésité et la consommation de lipides, notre conférencière insistera sur le diabète, un facteur de risque particulièrement dangereux et un indicateur plus puissant chez la femme que chez l’homme. Une étude de cas servira à exposer les examens et autres outils diagnostiques ainsi que le traitement en cardiologie de la femme, en les comparant avec ceux de son homologue masculin. Le point sur les dernières recommandations en hormonothérapie de remplacement sera également présenté.

Sylvie Maillette, M.D. (Laval), fellow en hémodynamie et angioplastie (Montréal) et cardiologue et chef du service de cardiologie du Centre hospitalier Pierre-Boucher.

Visionner la conférence
Durée: 112 minutes

Quand le cœur s’emballe, palpite…: les arythmies cardiaques

Peter GuerraPalpitations, étourdissements, essoufflement ; le cœur qui se met à battre très vite, irrégulièrement et, surtout, de façon imprévisible: voilà en quelques mots comment se manifestent les symptômes de l’arythmie cardiaque. On estime qu’une personne sur 20 en souffrira au cours de son existence. Les causes des palpitations peuvent être très variées, et il s’avère parfois difficile de diagnostiquer le type d’anomalie et de choisir le meilleur traitement, par médication ou par chirurgie. Comment traiter l’arythmie, comment la guérir ? Tel sera le propos de notre conférencier.

Peter Guerra, M.D. (McGill), fellow en électrophysiologie (Institut de cardiologie) et cardiologue et chef du service d’électrophysiologie de l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Visionner la conférence
Durée: 97 minutes

Stress, dépression et maladies cardiaques

François LespéranceLes « affaires » du cerveau peuvent influencer celles du cœur. Nous présenterons une synthèse des recherches menées au cours des 20 dernières années sur les liens entre la dépression et la maladie coronarienne. De 10 à 15 % des patients aux prises avec des problèmes cardiaques souffrent de dépression majeure et environ 30 % affichent des symptômes dépressifs. De nombreuses études ont démontré que les patients déprimés sont à plus haut risque d’accidents cardiaques que ceux qui ne le sont pas. Plusieurs mécanismes peuvent expliquer cet effet négatif de la dépression: mauvaise observance des traitements, inactivité physique, perturbation de l’activité du système nerveux autonome, augmentation de l’activité inflammatoire. Finalement, quelques études évaluant le traitement de la dépression seront discutées.

François Lespérance, M.D. (Montréal), psychiatre, chef du département de psychiatrie du CHUM, professeur agrégé à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et directeur de l’étude CREATE (Canadian Cardiac Randomized Evaluation of Antidepressant and Psychotherapy Efficacity).

Visionner la conférence
Durée: 89 minutes