Médecine pour tous: le cerveau

Le cerveau

Médecine pour tous: le cerveau

Les connaissances sur le cerveau ont connu, au cours des dernières années, une expansion dont l’importance ne se compare qu’à celle de la physique, dans la première moitié du siècle dernier, et de la biologie moléculaire, dans sa deuxième moitié. C’est ce qu’a écrit Jean-Pierre Changeux dans la préface de L’homme neuronal. Une tranquille révolution est en cours, fondée sur l’étude de la composition du cerveau et des mécanismes qui sous-tendent son fonctionnement, de son développement et des changements qu’il présente tout au long de la vie, ainsi que de ses principales maladies. Entrouvrir ce champ du savoir à un public plus large que celui des spécialistes, lui faire partager l’enthousiasme qui anime les chercheurs en ce domaine, réfléchir sur cette connaissance de lui-même à laquelle l’être humain est en voie d’accéder, tels sont les objectifs de cette série, présentée à l’automne 2009 par Les Belles Soirées de l’Université de Montréal.

Cerveau et neurotransmetteurs

Jean-Louis BrazierQuelques dizaines de milliards de neurones communiquent sans cesse entre eux et s’interconnectent pour permettre à notre cerveau de remplir toutes ses fonctions dans leur plus sublime complexité. À quoi ressemblent donc le tissu cérébral et le tissu nerveux ? Comment le potentiel électrique qui véhicule l’influx nerveux dans la membrane des neurones cède-t-il le pas aux médiateurs chimiques dans les synapses ? Quels sont ces neurotransmetteurs et quels rôles jouent-ils dans la communication entre les neurones ? Notre conférencier nous plonge dans les méandres infinis de ce labyrinthe, en préparation aux autres conférences de la série Médecine pour tous sur le cerveau.

Jean-Louis Brazier, doctorat d’État ès sciences pharmaceutiques (Lyon), professeur émérite de la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal et chroniqueur à l’émission Une pilule, une petite granule de Télé-Québec.

Visionner la conférence
Durée: 125 minutes

Présentation PowerPoint

Cerveau et vieillissement

Judes PoirierIntellectuellement au sommet de leur forme à 20 ans, les êtres humains amorcent-ils réellement leur déclin à l’âge de 30 ans ? De quelles capacités notre cerveau dispose-t-il pour contrecarrer les effets de l’avancement en âge ? Comment interpréter les signes et les pertes normales causés par le vieillissement, comment les distinguer de symptômes plus inquiétants, comme ceux associés à la maladie d’Alzheimer ? Comment le cerveau s’adapte-t-il au déclin, aux accidents de parcours, aux inévitables maladies ? Les recherches les plus récentes sont porteuses d’espoir. Les neurones continuent de proliférer jusqu’à un âge avancé. Est-il possible de mieux « nourrir », de mieux protéger les cellules du cerveau et, plus particulièrement, la mémoire ?

Judes Poirier, Ph. D., professeur titulaire aux départements de médecine et de psychiatrie de l’Université McGill et directeur de l’Unité de neurobiologie moléculaire de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas.

Visionner la conférence
Durée: 135 minutes

Présentation PowerPoint

Quand la vie bascule: l’accident vasculaire cérébral

Louise-Hélène LebrunAu Québec, un nouvel accident vasculaire cérébral (AVC) survient chaque heure. La circulation du sang s’obstrue alors dans une artère du cerveau et provoque l’arrêt de la fonction des cellules cérébrales de cette région ; la perte d’autonomie de la victime sera proportionnelle à l’ampleur et au siège de l’accident. Dans 20 % des cas, le déficit peut régresser spontanément ; mais dans 65 % des cas, il peut demeurer stable, causant une invalidité permanente. L’AVC peut aussi conduire à la dépression et à la démence vasculaire. Plus l’AVC est dépisté tôt, meilleures sont les chances de renverser le processus, au moins partiellement. Quels en sont les signes précoces ? Les facteurs de risque peuvent-ils être déjoués ? Quels sont les différents types d’AVC et leurs présentations cliniques ? Les réponses à ces questions pourraient sauver une vie !

Louise Hélène Lebrun, M.D. (Montréal) FRCP(C), neurologue, professeure agrégée de clinique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et responsable du programme AVC de l’Hôpital Notre-Dame du CHUM.

Visionner la conférence
Durée: 130 minutes

Présentation PowerPoint

La migraine: un cerveau en détresse

Michel AubéHippocrate fut le premier à décrire l’aura migraineuse et, en l’an 200, Galien introduit le terme « migraine » dont les critères diagnostiques modernes ne seront définis qu’en 1988 par consensus international. Hippocrate attribuera la migraine à des humeurs nocives émanant du foie et remontant vers le cerveau. Cette conception persistera pendant 1500 ans, jusqu’au moment où, au 17e siècle, Thomas Willis l’attribue à un gonflement des vaisseaux crâniens. Cette explication prédominera jusqu’à la fin du 20e siècle, alors que la recherche permet de démontrer sans équivoque l’origine cérébrale de la migraine. Après une brève revue historique, notre conférencier discutera de la compréhension scientifique courante de la migraine, autant dans ses mécanismes fondamentaux que dans ses aspects cliniques.

Michel Aubé, M.D. (Montréal), FRCP(C), neurologue, professeur à l’Institut neurologique de Montréal et auteur, avec Jacques Beaulieu, de La migraine: un cerveau en détresse (Montréal, Éditions Publistar, 2004).

Visionner la conférence
Durée: 97 minutes

Présentation PowerPoint (partie 1)
Présentation PowerPoint (partie 2)

Vaincre les maladies du cerveau

Pierre DuquetteQue se passe-t-il quand la maladie ou le vieillissement touche le système nerveux central, c’est-à-dire le cerveau et la moelle épinière ? Il peut alors arriver que l’information ne circule plus efficacement entre les neurones, que le fonctionnement du cerveau se dérègle, que le nombre de neurones diminue. Les maladies dégénératives du cerveau les plus fréquentes sont les maladies vasculaires, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Souvent mal comprises, elles causent de grandes inquiétudes au moment du diagnostic. Les récents progrès de la recherche, sur les plans du diagnostic et du traitement, permettent toutefois de mieux les comprendre et de mieux les gérer. Pourrait-on aller jusqu’à freiner le vieillissement ? Est-ce vraiment souhaitable ?

Pierre Duquette, M.D. (Montréal), FRCP(C), formation en neuro-immunologie (UCLA), professeur titulaire à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et directeur de la clinique de la sclérose en plaques de l’Hôpital Notre-Dame du CHUM.

Visionner la conférence
Durée: 119 minutes

Présentation PowerPoint