Médecine de la douleur

Directrice du programme : Aline Boulanger
Directeur du département : Pierre Beaulieu
Secrétaire du programme :
Chantal Genest
Personne-ressource à l’Université : Joëlle Besry

Description du programme

La médecine de la douleur est une surspécialité de l’anesthésie dont les raisons d’être sont la prévention, l’évaluation, le diagnostic, le traitement et la réadaptation des patients aux prises avec des douleurs aiguës et chroniques associées ou non à un cancer, et ce, à tous les âges de la vie.

Pour être éligibles à ce programme de surspécialité, les candidats doivent détenir la certification du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en anesthésiologie, neurologie, rhumatologie, physiatrie, pédiatrie, médecine d’urgence, médecine interne ou psychiatrie. Les candidats certifiés d’autres spécialités médicales ou chirurgicales comme l’oncologie médicale, la neurochirurgie, la chirurgie orthopédique ou médecine palliative sont éligibles à certaines conditions.

Durant cette formation de deux ans, le résident en surspécialité de médecine de la douleur acquiert un corpus de savoirs et d’habiletés techniques indispensables à l’évaluation et au traitement de la douleur aiguë, chronique ou cancéreuse. Il doit posséder une solide connaissance des principes généraux de médecine et de chirurgie, ainsi que des connaissances et des aptitudes liées plus particulièrement aux domaines de la psychiatrie, de la toxicomanie, de la neurologie, de la physiatrie, de la rhumatologie, de la pédiatrie, de la gériatrie, de l’oncologie, des soins palliatifs, de l’orthopédie, de la gastroentérologie, de l’obstétrique/gynécologie, de la radiologie et de la pharmacologie.

Site Web du département / programme :  L’onglet pour la surspécialité médecine de la douleur est en développement.

Structure

Durée : 2 ans

Tableau des stages

Année Stage Périodes
1 Neurologie 1
Psychiatrie ambulatoire 1
Médecine des toxicomanies 1
Traitement de la douleur aiguë 1
Soins palliatifs 1
Rhumatologie ou physiatrie 1
Traitement de la douleur pédiatrique 1
Stages optionnels 6
2 Interdisciplinaire, traitement de la douleur (adulte) 2
Interdisciplinaire, traitement de la douleur (adulte, pédiatrique ou gériatrique) 3
Interdisciplinaire, traitement de la douleur, stage en région 1
Optionnels, dans un centre interdisciplinaire 7

Stages à option

Première année : sans être obligatoires, des stages en gériatrie-douleur, neurologie-migraine, physiatrie ou rhumatologie (celui non réalisé dans le cadre des stages obligatoires de première année, voir ci-haut), radiologie diagnostique, radio-oncologie, réadaptation et troubles du sommeil sont fortement encouragés.

Les autres stages optionnels peuvent être réalisés dans les spécialités suivantes : chirurgie, gastroentérologie, obstétrique/douleur chronique postaccouchement/gynécologie, orthopédie, médecine de l’adolescence, préparation d’un projet de recherche ou tout autre stage pertinent à la formation en médecine de la douleur avec approbation du directeur du programme.

Deuxième année : programme d’adaptation à la douleur chronique et fibromyalgie (1-2 périodes), traitement de la douleur centrale (1-2 périodes), gériatrie-douleur (1-7 périodes), pédiatrie-douleur (1-7 périodes), douleur adulte (1-7 périodes).

Centres de formation

  • Hôpitaux Hôtel-Dieu et Notre-Dame du CHUM
  • Hôpital Maisonneuve-Rosemont
  • Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
  • Institut Universitaire de gériatrie de Montréal
  • CHU Sainte-Justine
  • Centre de réadaptation Lucie-Bruneau
  • Institut de réadaptation Gingras–Lindsay-de-Montréal

Méthodes d’évaluation

  • Fiche formelle d’évaluation
  • Examen écrit formatif lors des cours de sciences de base
  • Occasions propices à l’apprentissage (OPA)

Enseignement

Programme d’enseignement formel :

  • Environ 40 heures par année
  • Cycle de deux ans

Admission

L’admission et l’inscription d’un étudiant sont gérées par le vice-doyen aux études médicales postdoctorales de la Faculté de médecine. Ce dernier envoie la demande d’admission au comité d’admission du programme de médecine de la douleur de la Faculté de médecine avec une copie au directeur du programme de spécialité du candidat. Le dossier du candidat est évalué par le comité d’admission du programme de médecine de la douleur, qui transmet sa recommandation au vice-doyen aux études médicales postdoctorales avec copie au directeur du programme de médecine de la douleur et au directeur du programme de spécialité auquel le résident appartient.

Documents requis pour soumettre une candidature

Faire parvenir son dossier à la direction du programme. Le dossier doit inclure :

  • Une copie du dossier scolaire durant la formation en résidence
  • Une lettre de motivation en français
  • Un curriculum vitæ
  • Deux lettres d’appui par des médecins qui connaissent bien le candidat
  • Une copie du diplôme de médecine et du diplôme de spécialiste (si non disponible, fournir les explications et le moment prévu de son obtention).

Critères de sélection

Chaque dossier est révisé a priori par le président ou la présidente du comité d’admission du programme qui en fait un résumé qui sera présenté le jour de l’entrevue aux membres du comité d’admission du programme. Les membres qui connaissent le candidat sont invités à décrire leurs observations le concernant.

Après la révision des documents, les candidats sont rencontrés en entrevue, en personne ou en visioconférence, par les membres du comité d’admission du programme. Les deux candidats ayant obtenu les plus hautes notes sont retenus. Pour être retenu, le candidat doit atteindre une note globale de 70 % sur le total des critères suivants :

  • Dossier scolaire durant la résidence (40 %)
  • Lettres d’appui (20 %)
  • Lettre de motivation et entrevue (30 %)
  • Curriculum vitæ (10 %)

Nombre d’entrées annuellement : 2

Programme

Nombre de résidents : 

Nombre de professeurs : 20 qui exercent spécifiquement dans le domaine du traitement de la douleur

Recherche

Projet de recherche, projet d’assurance qualité ou projet éducatif

Durant la deuxième année de sa formation, le résident doit réaliser un projet de recherche, un projet d’assurance qualité ou un projet éducatif. Le résident bénéficie du support d’un superviseur pour l’assister dans la réalisation de son projet.

La réalisation d’un projet de recherche dans le cadre de cette surspécialisation constitue un défi. En effet selon le sujet choisi, il pourrait être difficile de mener à terme le projet jusqu’à une éventuelle publication si le résident ne l’initie pas rapidement.

Dans ce contexte, pour le résident qui veut faire un projet de recherche, il lui est possible de choisir une période optionnelle au cours de la première année pour préparer le projet. Il est possible que deux résidents collaborent au même projet.

Si le résident choisit de faire un projet de recherche, il est suggéré que :

  • Dès les six premières périodes de sa première année de surspécialité, le résident
    • Détermine le sujet de son projet
    • S’assure de la collaboration d’un superviseur
    • Communique ces informations au directeur de programme
  • Dans les sept dernières périodes de sa première année de surspécialité, le résident :
    • Fasse une revue de la littérature et rédige le protocole de recherche
  • Dans les quatre dernières périodes de sa première année de surspécialité, le résident :
    • Présente le projet aux comités scientifiques et d’éthique de la recherche

Les projets éducatifs peuvent être de plusieurs ordres, par exemple : la rédaction et la publication d’un article de révision de la littérature, le développement de capsules d’information ciblant les médecins de première ligne, etc.