Pédiatrie du développement

Directeur du programme : Robert Dubé
Directeur du département : Jean-Yves Frappier
Secrétaire du programme : Danielle Fortier  
Contacter la personne-ressource

Description du programme

La pédiatrie du développement est une branche spécialisée de la pédiatrie qui se consacre plus particulièrement à une population d’enfants et d’adolescents dont la trajectoire de développement dans les sphères cognitive, langagière, motrice, sensorielle et socioaffective est différente ou encore compromise par des problèmes congénitaux ou acquis. On accorde une attention particulière à l’enfant dans son évolution et dans sa réponse aux défis auxquels il doit faire face tout en tenant compte de son environnement familial, culturel, psychosocial et socioéconomique. La pédiatrie du développement favorise une approche globale dans le but de permettre la meilleure adaptation possible de l’enfant et de son entourage à la situation qu’ils vivent et privilégie des stratégies de prévention qui visent à réduire l’incidence et les conséquences des troubles du développement.

Site Web du département / programme

Structure

D’une durée de deux ans, le programme de pédiatrie du développement comprend une série de stages (26 périodes) qui répondent aux exigences du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada :

  • 15 périodes (4 semaines par période) de stage en pédiatrie du développement;
  • 1 période de stage dans chacune des disciplines suivantes : neurologie, génétique, psychiatrie;
  • 3 périodes de recherche au minimum ;
  • 5 périodes de stages à option.

Le stage en pédiatrie du développement comprend quatre modules :

  • Module 1 : Retards et troubles du développement (retard global, déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme, trouble du langage) (6 périodes dont 3 en deuxième année).
  • Module 2 : Difficultés d’apprentissage, TDAH (4 périodes dont 2 la deuxième année).
  • Module 3 : Problèmes neuromoteurs, réadaptation (4 périodes dont 2 la deuxième année).
  • Module 4 : Déficit visuel et auditif (1 période la première année).

Ce stage s’étend sur les deux années de la formation afin que le résident puisse développer son autonomie et assumer des responsabilités propres à son niveau de formation. Le résident aura à suivre, à court et à moyen terme, des patients aux prises avec différents types de problèmes de développement au travers d’une clinique de continuité sous la supervision d’un médecin responsable.

Le stage de recherche peut se faire sur des périodes continues ou discontinues selon le sujet de recherche du résident. Il doit cependant conduire à une publication dans le domaine de la pédiatrie du développement.

Les stages de neurologie, psychiatrie et génétique ont pour objectif de compléter la formation du résident dans ces disciplines auxquelles il est appelé à recourir fréquemment.

Les stages à option peuvent être une reprise des stages de base en pédiatrie du développement ou encore dans d’autres domaines connexes (physiatrie pédiatrique, soins palliatifs, etc.). Ils devraient répondre aux besoins du résident au regard de sa pratique future.

Centres de formation

  • CHU Sainte-Justine
  • Centre de réadaptation Marie-Enfant

Enseignement

Tout au cours de la résidence et outre les activités cliniques, le résident suit un programme d’enseignement structuré qui s’échelonne sur deux ans ayant trait au développement de l’enfant et aux troubles qui s’y rapportent. L’équivalent d’une demi-journée par semaine est consacrée spécifiquement à l’enseignement sous plusieurs formes : séminaires, cours formels, lecture de textes de base, lectures personnelles et dirigées, club de lecture, cours de méthodologie de la recherche, etc. Certaines activités d’enseignement se déroulent en collaboration avec d’autres programmes : enseignement des compétences CanMEDS (obligatoire pour tous les résidents de tous les programmes du Département de pédiatrie), cours d’éthique, cours d’épidémiologie. Les compétences CanMEDS dans le contexte de la pédiatrie du développement font aussi l’objet d’un enseignement ciblé. Le résident est également entraîné de façon systématique à utiliser certains outils d’évaluation (comme la batterie d’évaluation neurodéveloppementale). Et il sera soutenu dans ses activités de recherche et d’érudition.
Le programme peut être adapté en partie selon les besoins du résident (par exemple le résident désireux d’ouvrir une clinique du développement dans la région où il ira travailler).

Admission

Les documents suivants sont exigés :

  1. diplôme de M.D. et notes obtenues pendant les études de médecine;
  2. fiches d’évaluation des stages des deux premières années du tronc commun de pédiatrie;
  3. trois lettres de recommandation provenant de médecins avec lesquels le candidat a travaillé;
  4. lettre de motivation (longueur maximale de 300 mots);
  5. curriculum vitæ.

Le dossier complet de la candidature doit être transmis d’abord au Vice-décanat aux études médicales postdoctorales de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Après s’être assuré que le dossier est conforme aux politiques de la faculté, le vice-décanat l’achemine au directeur du programme, qui aura à convoquer un comité d’admission (voir le site du vice-décanat ).

Tous les candidats doivent passer une entrevue. Celle-ci dure environ de 30 à 45 minutes et se déroule devant un comité de trois personnes, dont le directeur du programme de pédiatrie du développement.

L’évaluation des stages, les lettres de recommandation et la lettre de motivation entrent dans la sélection des candidats aux entrevues et comptent pour 70 %. L’entrevue elle-même compte pour 30 %. La sélection respecte également les règles du Vice-décanat aux études médicales postdoctorales de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Pour plus de détails sur le processus d’admission, visiter la section admission.

Nombre d’entrées annuellement : 

Programme

Nombre de professeurs : 40

Recherche

Les résidents sont étroitement encadrés dans leur projet de recherche et ont l’occasion d’acquérir des habiletés méthodologiques. Ils ont aussi la possibilité de présenter leurs travaux à différents groupes de professeurs et d’étudiants.

Les principaux thèmes de recherche sont les troubles du spectre de l’autisme et le suivi néonatal. Le Dr Laurent Mottron, chercheur de réputation internationale, concentre ses travaux sur le traitement de l’information dans l’autisme, particulièrement les surfonctionnements perceptifs. S’il collabore principalement avec des chercheurs de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, il intègre régulièrement dans son laboratoire des étudiants et chercheurs travaillant sur ce sujet. Le Dr Thuy Mai Luu a comme champ d’intérêt le devenir médical et neurodéveloppemental des nouveau-nés à risque, plus particulièrement des prématurés. Les pédiatres développementalistes collaborent également à plusieurs types de projets auxquels les résidents en formation pourraient participer.

 

×