André Denault : Échographier le corps humain

André Denault, professeur titulaire

Affiliation principale

Département d’anesthésiologie et de médecine de la douleur

Lieu de travail

Anesthésiologiste et intensiviste à l’Institut de Cardiologie de Montréal
Chercheur au Centre de recherche de l’Institut de Cardiologie de Montréal
Intensiviste au Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Disciplines de recherche

  • Instabilité hémodynamique
  • Ultrasonographie ciblée de surface et échocardiographie transoesophagienne
  • Hypertension pulmonaire
  • Fonction ventriculaire droite
  • Monitoring cérébral

Vitrine des professeurs

Voir le profil

L’intérêt pour la médecine s’est confirmé à 18 ans pour André Denault, alors qu’il était animateur scout à Waterloo, en Montérégie. « Une nuit, en revenant d’une activité, un homme gisait sur le bord de la route. Il avait été battu et était inconscient. Prendre soin de cet homme a été pour moi un moment clé dans ma décision d’être un médecin », se rappelle l’anesthésiologiste/intensiviste qui pratique à l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) et aux soins intensifs du Centre Hospitalier de l’Université de Montréal. Deux ans après cet événement, M. Denault se retrouvera sur les bancs de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, se spécialisera ensuite en médecine interne à l’Université McGill et suivra une formation en soins intensifs au Presbyterian University Hospital à Pittsburgh. C’est là qu’il découvre tout le potentiel de l’échographie transœsophagienne comme outil potentiel dans la prise en charge des patients critiques. L’échographie transoesophagienne est une technique d’imagerie permettant d’obtenir des images exceptionnelles du cœur par une sonde insérée dans l’œsophage. « À l’époque, j’étais interniste et j’avais une formation en échographie transthoracique.  L’échographie transœsophagienne était toutefois réservée aux cardiologues et aux anesthésiologistes. Ce fut une des raisons d’effectuer ma résidence en anesthésiologie à l’Université de Montréal à mon retour des États-Unis ».

 

Dr Denault réalisera ensuite une thèse de doctorat en sciences biomédicales qui visait à comprendre les mécanismes de l’instabilité hémodynamique chez les patients au cours d’une intervention chirurgicale cardiaque. « Durant l’opération, le cœur du patient est arrêté et ce dernier est mis sous circulation extracorporelle. Après la procédure, la circulation extracorporelle est sevrée progressivement et le cœur repart habituellement spontanément. Toutefois, le cœur de certains patients ne reprend pas bien son activité de base. Il s’ensuit alors de l’instabilité hémodynamique. Nous avons observé que 80 % des décès chez les patients ayant subi une chirurgie cardiaque sont associés à un problème de sevrage de la circulation extracorporelle dont l’étiologie est variable », explique le chercheur.

« Pour moi, le développement international passe par le partage des connaissances. »

Les recherches actuelles du Dr Denault au Centre de recherche de l’ICM visent à élucider les mécanismes qui font en sorte qu’un patient est instable hémodynamiquement. « L’utilisation de l’échographie transthoracique et transœsophagienne a grandement aidé à la compréhension de cet important problème en chirurgie cardiaque et aux soins intensifs. L’utilisation de l’ultrasonographie permet en quelques secondes de préciser le mécanisme de l’état de choc d’un patient. De plus, cet outil permet de voir les conséquences de la dysfonction cardiaque au niveau de tous les organes particulièrement le foie et le rein. Ces derniers lorsqu’atteints auront un impact majeur sur la survie des patients. Avec nos recherches, nous élaborons de nouveaux outils diagnostiques et de nouvelles thérapies. »

Les recherches du Dr Denault se transforment en livres. Il prépare un troisième livre (Basic Transesophageal and Critical Care Ultrasound) qui porte sur l’échographie transœsophagienne et l’échographie ciblée de surface (cerveau, cœur, poumons, abdomen, etc.) destiné aux spécialistes en soins intensifs et anesthésiologistes généraux qui ne pratiquent pas nécessairement l’anesthésie cardiaque. En 2011, il a obtenu une mention avec son coauteur, le Dr Pierre Couture au Medical Book Awards, pour la seconde édition de son livre Multimedia Transesophageal Echocardiography Manual. « Nous étions très fiers de ce prix, car nous figurions parmi les cinq meilleurs livres de médecine au monde », souligne le Dr Denault.

Une autre réalisation dont le Dr Denault est fier est d’avoir implanté (avec son collègue, le Dr Pierre Couture) l’utilisation de l’échographie transœsophagienne comme outil de surveillance intraopératoire à l’ICM. Depuis 1999, plus de 25 000 examens d’échographie transœsophagienne y ont été réalisés. « Aujourd’hui, aucune intervention chirurgicale cardiaque ne se pratiquerait sans l’échographie transœsophagienne. »

Parallèlement à ses activités de recherche, le Dr Denault est professeur titulaire au Département d’anesthésiologie et médecine de la douleur et au Département de pharmacologie et physiologie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, le premier établissement canadien à offrir un programme d’échographie ciblée pour les futurs spécialistes en soins intensifs. En plus de former ses étudiants, il se rend régulièrement à l’étranger pour la formation en ultrasonographie ciblée de médecins généralistes ou spécialistes. « J’ai donné une formation d’échographie transthoracique en Thaïlande avec des collègues généralistes et internistes de Montréal. L’échographie, comme la musique, est un langage universel. Guider la main d’un pneumologue de 60 ans d’origine thaïlandaise, avec qui je communiquais difficilement en raison de la barrière de la langue, et voir ce dernier s’émerveiller en voyant pour la première fois le cœur en temps réel par ultrason a été le plus beau des cadeaux, raconte le chercheur. Pour moi, le développement international passe par le partage des connaissances. »

Bien que le Dr Denault ne considère pas son travail d’anesthésiologiste, de professeur et de chercheur comme du travail « mais plutôt comme une passion », ce père de trois enfants a de nombreux autres intérêts dans la vie. Cinéphile, il adore les films historiques comme The imitation game, qui relate la vie d’Alan Turing, le mathématicien ayant inventé une machine pouvant décoder les messages ennemis durant la 2e Guerre mondiale. « C’est un peu ce qu’on fait en médecine, on décode des symptômes et des signes cliniques. J’ai tellement aimé ce film que je suis allé le voir deux fois au cinéma! », lance le chercheur. Il est aussi un grand amateur des livres audio de l’entreprise « The Teaching company », qui enregistre les cours des meilleurs professeurs universitaires américains dans des domaines aussi variés que l’histoire de la musique, les livres qui ont changé l’histoire, l’économie et la philosophie. « J’écoute ces livres le matin en me rendant au travail. Ça commence bien mes journées! »

Les activités de recherche et d’enseignement du Dr Denault sont supportées par la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal et le Fonds dédié Richard I Kaufman anesthésie et en soins intensifs.

 

Septembre 2017
Rédaction : Técia Pépin
Photo : Bonesso-Dumas

Autres portraits de chercheurs