Y a-t-il de l’huile de palme dans vos chocolats de Saint-Valentin? Si oui, méfiez-vous!

14 février 2018

Une nouvelle étude révèle qu’une alimentation riche en gras saturés entraîne des comportements dépressifs, anxieux et compulsifs.

En plus de rendre obèse, une alimentation riche en gras saturés et en sucre crée de l’inflammation dans le noyau accumbens. L’inflammation dans cette région du cerveau qui contrôle l’humeur et le sentiment de récompense engendre des comportements dépressifs, anxieux et compulsifs en plus de dérégler le métabolisme, a découvert une équipe de chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM). Cette étude menée sur des souris et publiée récemment dans la revue Molecular Metabolism apporte de nouvelles preuves quant à l’effet néfaste pour la santé des gras saturés.

«Les comportements dépressifs, anxieux et compulsifs ainsi que les changements métaboliques observés avec une alimentation riche en sucre et en graisses saturées n’ont pas été relevés avec une alimentation riche en sucre et en gras mono-insaturés, comme ceux de l’huile d’olive», indique Stéphanie Fulton, chercheuse au CRCHUM et professeure au Département de nutrition de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Les changements métaboliques constatés avec l’alimentation riche en gras saturés, tels que l’hyperinsulinémie et l’intolérance au glucose, sont associés à un état prédiabétique.

Lire la suite sur UdeMNouvelles