Incontinence urinaire, prolapsus et physiothérapie : la rééducation périnéale, bonne pour la santé des femmes

11 octobre 2018

L’incontinence urinaire, définie comme toute fuite involontaire d’urine,1 est l’une des problématiques de santé les plus répandues chez la femme; environ 16 % chez les femmes de 18-40 ans, 33 % chez celles de 41 à 64 ans et jusqu’à 55 % chez celles de 65 ans et plus2. Dès l’apparition des symptômes urinaires, un cercle vicieux commence avec de la gêne qui retardera le signalement de la problématique à un professionnel de la santé et sa prise en charge, l’isolement et la diminution des activités physiques et sociales culminant, à l’extrême chez la femme âgée, par un risque accru de chutes, de fractures de hanches et d’institutionnalisation3.

On dénombre trois principaux types d’incontinence urinaire soit : 4

  • L’incontinence urinaire à l’effort qui est définie comme une fuite involontaire d’urine lors d’une activité physique, d’une toux ou d’éternuements
  • L’incontinence urinaire d’urgenturie qui survient avec une forte envie d’uriner et sans pouvoir se rendre à temps aux toilettes
  • L’incontinence urinaire mixte qui est une combinaison d’incontinence à l’effort et d’incontinence d’urgenturie

Les prolapsus pelviens sont, quant à eux, définis comme la descente d’un ou plusieurs organes pelviens, comme l’utérus, le col de l’utérus, la vessie, l’intestin ou le rectum, vers l’entrée du vagin ou du rectum. Leurs symptômes varient selon le type de prolapsus (inconfort, lourdeur, présence d’une boule dans le vagin ou dans le rectum, incontinence urinaire ou fécale, difficulté à uriner ou à aller à la selle, inconforts dans les relations sexuelles). La prévalence des prolapsus est plus faible que celle de l’incontinence urinaire avec environ 30-40 % des femmes qui en souffrent significativement, principalement après la ménopause5.

Qu’ont en commun les incontinences urinaires et les prolapsus pelviens? La faiblesse du plancher pelvien

L’incontinence urinaire peut survenir lors d’un affaiblissement des muscles du plancher pelvien et du sphincter urétral, ou en raison de l’affaiblissement du soutien ligamentaire de la vessie. Si ces muscles sont affaiblis, il leur est impossible de se resserrer suffisamment pour retenir l’urine en cas d’effort, notamment pendant une quinte de toux ou un grand éternuement6. L’incontinence urinaire survient également lorsque le muscle de la vessie est hyperactif, qu’il provoque une envie urgente d’uriner et que les muscles du plancher pelvien et du sphincter de l’urètre ne peuvent calmer cette envie urgente et les fuites qui s’en suivent7.

Les prolapsus des organes pelviens surviennent également en raison d’un affaiblissement des tissus qui les soutiennent, soit les muscles du plancher pelvien et les ligaments qui n’offrent plus un bon support à ces organes8.

La physiothérapie pour le traitement de l’incontinence et des prolapsus

La physiothérapie du plancher pelvien ou rééducation périnéale et pelvienne est de plus en plus recommandée tant pendant la grossesse qu’après l’accouchement, en période de péri-ménopause et après l’âge de 60 ans, afin de prévenir et traiter l’incontinence urinaire et les prolapsus9.

La rééducation périnéale et pelvienne est une approche conservatrice, relativement peu coûteuse, sans effet secondaire indésirable, qui consiste en :

  • l’enseignement de l’anatomie, la physiologie et pathophysiologie de l’appareil urogénital féminin
  • les modifications de l’hygiène de vie : perdre du poids, adapter la quantité de liquides consommés, réduire la consommation de caféine ou de la consommation d’alcool, éviter la constipation et de trop forcer sur les toilettes (pour évacuer les selles), arrêter de fumer, être plus actif physiquement (tout en limitant l’activité physique excessive)
  • les exercices de rééducation des muscles du plancher pelvien (exercices assistés avec électro neurostimulation ou biofeedback, exercices actifs, exercices résistés) qui visent à améliorer la fonction des muscles du plancher pelvien et du sphincter urétral
  • la rééducation vésicale
  • les massages et techniques manuelles

Cette rééducation est généralement faite par un physiothérapeute.10

Les évidences pour la prévention de l’incontinence urinaire et le traitement de l’incontinence urinaire par la rééducation périnéale et pelvienne

Prévention de l’incontinence

Les preuves de l’effet préventif de la rééducation périnéale et pelvienne s’accumulent. Ainsi, les femmes primipares (premier accouchement) et multipares (plusieurs accouchements) peuvent réduire de 40 % le risque de développer de l’incontinence urinaire en fin de grossesse et de 30 % le risque de développer de l’incontinence urinaire suite à l’accouchement et jusqu’à 6 mois post-partum, en pratiquant les exercices des muscles du plancher pelvien pendant et après leur grossesse11.

Traitement de l’incontinence

Une revue des 21 essais cliniques randomisés révèle que la rééducation des muscles du plancher pelvien aide à réduire voir même à éliminer les signes et symptômes d’incontinence urinaire à l’effort en particulier, et de tous les autres types d’incontinence dans le court et moyen terme12. Cette intervention peut réduire le nombre d’épisodes de fuite urinaire, la quantité de fuites, tout en réduisant l’impact de ses symptômes sur la qualité de vie de la femme.

Prévention et traitement des prolapsus

Chez les femmes plus âgées, soit plus de 12 ans après le dernier accouchement, il y aurait, selon une récente revue Cochrane, un avantage significatif à pratiquer la rééducation périnéale et pelvienne en termes de réduction de la prévalence des symptômes de prolapsus, et ce, jusqu’à 2 ans après le traitement. La rééducation périnéale et pelvienne peut prévenir les symptômes de prolapsus qui se développent à plus long terme après l’accouchement13.

Appuyés par 13 essais cliniques randomisés, les exercices du plancher pelvien semblent être efficaces pour réduire les symptômes urogénitaux chez les femmes présentant un prolapsus et pour soulager des symptômes spécifiques du prolapsus (par exemple, lourdeur vaginale). 13

 

La rééducation périnéale et pelvienne à l’Université de Montréal

L’Université de Montréal est un chef de file dans l’enseignement et la recherche en rééducation périnéale et pelvienne, puisqu’elle forme depuis maintenant 10 ans, dans un microprogramme de second cycle d’une durée de 3 ans (le seul au Canada), des physiothérapeutes avec une expertise avancée en rééducation périnéale et pelvienne. L’université abrite également la Chaire de Recherche du Canada en Santé Urogynécologique et vieillissement, un pôle important de recherche clinique sur la rééducation périnéale et sur le transfert de connaissance au Canada.

Trouver un physiothérapeute formé en rééducation périnéale à l’UdeM

S’informer des projets de recherche clinique en cours

Références
  1. Haylen BT, De Ridder D, Freeman RM, et al. An International Urogynecological Association (IUGA)/International Continence Society (ICS) joint report on the terminology for female pelvic floor dysfunction. International urogynecology journal. 2010;21(1):5-26.
  2. Hannestad YS, Rortveit G, Sandvik H, Hunskaar S. A community-based epidemiological survey of female urinary incontinence: The Norwegian EPINCONT Study. Journal of clinical epidemiology. 2000;53(11):1150-1157.
  3. Johnson TM, Kincade JE, Bernard SL, Busby‐Whitehead J, Hertz‐Picciotto I, DeFriese GH. The Association of Urinary Incontinence with Poor Self‐Rated Health. Journal of the American Geriatrics Society. 1998;46(6):693-699.
  4. Abrams P, Cardozo L, Dmochowski R, Wein A. 7th International Consultation on Incontinence. Neurourol Urodyn. 2018 Jun;37(S4):S6.
  5. Milsom I, Altman D, Cartwright R, et al. Epidemiology of Urinary Incontinence (UI) and other Lower Urinary Tract Symptoms (LUTS), Pelvic Organ Prolapse (POP) and Anal Incontinence (AL). In: Abrams P CL, Koury S, Wein A., ed. 5th edition. France: European Association of Urology (EAU); 2013.
  6. Delancey JO. Why do women have stress urinary incontinence? Neurourol Urodyn. 2010;29 Suppl 1:S13-7.
  7. Jenks JC. Overactive bladder in women. Nurs Stand. 2016 Oct 26;31(9):52-63.
  8. DeLancey JO.What’s new in functional anatomy of pelvic organ prolapse? Curr Opin Obstet Gynecol. 2016 Oct;28(5):420-9.
  9. Dumoulin C, Adewuyi T, Booth J, Bradley C, Burgio K, Hagen S, Hunter KF, Imamura M, Morin M, Morkved S, Thakar R, Williams K. Adult Conservative Management. In Abrams PH, Cardoza L, Khoury AE and Wein A, éds.: 6th International Consultation on Urinary Incontinence, Plymbridge United Kingdom: Health Publication Ltd. 2017; Volume 2, pages 1443-1628.
  10. Comité OPPQ : Dumoulin C, Brown C, Perrin L, Poulin C. La physiothérapie peut vous aider! La rééducation périnéale et pelvienne une approche spécialisée en physiothérapie. Ordre professionnel de la Physiothérapie du Québec. 2012.
  11. Woodley SJ, Boyle R, Cody JD, Mørkved S,Hay-Smith. Pelvic floor muscle training for prevention and treatment of urinary and faecal incontinence in antenatal and postnatal women. Cochrane Database Syst Rev. 2017 Dec 22;12:CD007471.
  12. Dumoulin C, Cacciari LP, Hay-Smith EJC. Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, forurinary incontinence in women. Cochrane Database Syst Rev. 2018 Oct 4;10:CD005654.
  13. HagenS, Stark D. Conservative prevention and management of pelvic organ prolapse in women. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Dec 7;(12):CD003882.
  14. Morin M, Dumoulin C, Bergeron S, Mayrand MH, Khalifé S, Waddell G, Dubois MF, Group PVD. A randomized clinical trial evaluating the efficacy of multimodal physical therapy in comparison to overnight topical lidocaine in women with provoked vestibulodynia. IPPS Congress, Washington, United States, octobre 2017.
  15. Mercier J, Morin M, Lemieux MC, Reichetzer B, Khalifé S, Dumoulin C. Pelvic floor muscles training to reduce symptoms and signs of vulvo-vaginal atrophy : a case study. Menopause. 2016 Mai;23(7):816-820. doi: 10.1097/GME.0000000000000620.

Chantale Dumoulin, Ph. D.
Professeure titulaire
École de réadaptation, Faculté de médecine, Université de Montréal

 


Exercices de rééducation des muscles du plancher pelvien

*Les exercices sont tirés du livre L’incontinence urinaire : la prévenir, la traiter de Chantale Dumoulin

Les quatre exercices présentés ici devraient être faits tous les jours pendant quatre semaines. Ils peuvent être difficiles à effectuer au début, mais ils deviendront faciles avec le temps et la pratique. Pour vous faciliter la tâche, identifiez un moment de la journée où vous avez 20 minutes de calme et de tranquillité et faites-en une habitude quotidienne. Il est recommandé de ne pas faire une autre activité pendant vos exercices (regarder la télévision, lire, etc.).

À retenir

Rappelez-vous que la qualité des exercices est très importante!
Quelques bonnes contractions sont plus bénéfiques que plusieurs contractions à moitié bien faites. L’obtention de bons résultats demande du temps et des efforts.

Installez-vous en position couchée : vous devez être couchée sur le dos, genoux fléchis, pieds légèrement écartés et bras de chaque côté du corps.

Exercice 1 • La force

  • Inspirez et, tout en expirant lentement par la bouche, contractez les muscles du plancher pelvien aussi fortement que possible (comme pour retenir l’urine et les gaz) et aspirez les muscles du plancher pelvien vers l’intérieur.
  • Maintenez la contraction pendant 6 secondes (comptez lentement jusqu’à 6 à haute voix). Respirez pendant que vous comptez, sans relâcher la contraction.
  • Relâchez les muscles du plancher pelvien pendant 12 secondes.
  • Faites 3 séries de 6 contractions-relaxations (18 contractions). Prenez une minute de repos entre chaque série.

Autant que possible, gardez tous les autres muscles détendus, surtout ceux des fesses et de l’intérieur des cuisses. Faites de votre mieux. Si vous ne sentez pas vos muscles du plancher pelvien se contracter, arrêtez tout et reprenez l’exercice plus tard.


Exercice 2 • La coordination

  • Inspirez et, tout en expirant lentement par la bouche, contractez les muscles du plancher pelvien aussi fortement que possible.
  • Faites la contraction pendant une seconde puis toussez vigoureusement en gardant la contraction du plancher pelvien.
  • Reposez-vous 2 secondes, puis répétez la contraction, la toux et le repos 2 fois de suite.
  • Faites une pause de 30 secondes.
  • Faites 2 autres séries comme celle-ci.

Autant que possible, relâchez tous les autres muscles, surtout ceux des fesses et de l’intérieur des cuisses.


Exercice 3 • Les contractions rapides

  • Inspirez et, tout en expirant lentement par la bouche, contractez les muscles du plancher pelvien, aussi fortement et rapidement que possible, comme pour retenir l’urine et les gaz.
  • Maintenez la contraction pendant une seconde, puis relâchez complètement les muscles du plancher pelvien pendant une seconde.
  • Faites 3 séries de 6 contractions-relaxations rapides (donc 18 contractions rapides). Prenez 12 secondes de repos entre chaque série.

Autant que possible, relâchez tous les autres muscles, surtout ceux des fesses et de l’intérieur des cuisses.


Exercice 4 • L’endurance

  • Inspirez et, tout en expirant lentement par la bouche, contractez légèrement les muscles du plancher pelvien
    pendant 6 secondes.
  • Contractez ensuite aussi fort que possible pendant 6 secondes (sans relâcher la contraction de départ).
  • Revenez à une contraction légère pendant 6 secondes.
  • Finalement, relâchez complètement la contraction et prenez 18 secondes de repos.
  • Souvenez-vous de ne pas retenir votre souffle.
  • Répétez la contraction « légère-forte-légère » à 2 autres reprises.

Autant que possible, relâchez tous les autres muscles, surtout ceux des fesses et de l’intérieur des cuisses.

 

Ne vous découragez pas! Les résultats devraient commencer à apparaître après 4 à 6 semaines.

Intégrez ces exercices à vos activités quotidiennes. Resserrez toujours les muscles de votre plancher pelvien avant de tousser, d’éternuer, de soulever un objet lourd, de vous pencher, de vous relever d’une chaise ou avant de faire toute activité qui vous cause des fuites d’urine.

Calendrier des exercices et des fuites

Chaque jour, à la fin de la journée, cochez les exercices que vous avez effectués et indiquez le nombre total de fuites urinaires que vous avez eues pendant la journée. En le faisant régulièrement, vous verrez vos progrès, ce qui vous motivera à poursuivre vos exercices.


Vous aimeriez nous présenter un texte?

Nous sommes toujours à la recherche de collaborateurs à la faculté pour l’infolettre.

Que ce soit pour :

  • Démontrer les applications concrètes de vos recherches
  • Déconstruire un mythe
  • Donner des conseils pour être en santé
  • Expliquer un concept de votre domaine d’expertise

Écrivez-nous!

*L’infolettre est publiée 10 fois par année et envoyée à plus de 25 000 personnes : étudiants, diplômés, donateurs, professeurs/chercheurs et employés de la faculté.