Résistance aux antibiotiques : des pistes de solution

16 mai 2017

La résistance aux antibiotiques est bien réelle et elle inquiète. Des pistes de solution ont été discutées au World Health Summit.

Alors que des bactéries évoluent et deviennent résistantes aux antibiotiques, on voit réapparaître des enjeux relatifs aux traitements d’infections qu’on pensait avoir réglés depuis belle lurette. Pour l’Organisation mondiale de la santé, la résistance aux antibiotiques constitue l’une des plus grandes menaces à la santé mondiale, à la sécurité alimentaire et au développement. Des sommités de Montréal, d’Ontario et des États-Unis ont discuté de pistes de solution le 9 mai, à une table ronde animée par le professeur de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal Christian Baron, à l’occasion du World Health Summit, qu’avaient organisé l’UdeM et l’Institut de recherches cliniques de Montréal.

Ce serait si simple si l’on pouvait se passer d’antibiotiques. Mais ils sont venus complètement changer la vie des gens, et surtout les causes de leur mort! «Au Canada, on meurt principalement de cancer et de maladies cardiovasculaires, seulement 3 % des gens meurent d’infections; cette proportion était de 56 % avant qu’on découvre les antibiotiques», a illustré Gerry Wright, professeur au Département de biochimie et de sciences biomédicales de l’Université McMaster, en Ontario.

 

Lire la suite sur UdeMNouvelles