Les boissons diètes : une fausse solution santé

12 février 2018

Les boissons diètes sont souvent promues par l’industrie et par certains professionnels comme une solution de rechange « santé » aux boissons sucrées. Conséquemment, ces boissons diètes deviennent de meilleurs choix aux yeux de nombreux consommateurs. Par leur apport faible en calories et leur apparence semblable aux boissons sucrées, elles sont envisagées comme un moyen de contrôler ou de diminuer le poids corporel, ainsi que de stabiliser la glycémie ou d’éviter d’autres complications métaboliques. Pourtant, la littérature actuelle permet difficilement de justifier ces allégations.

Le sucre est souvent pointé du doigt comme l’un des contributeurs majeurs de l’accroissement du poids dans la population. Différentes organisations nationales et internationales de santé incitent aujourd’hui les consommateurs à en restreindre l’apport, particulièrement en limitant leur consommation de boissons sucrées et certaines instances gouvernementales proposent l’instauration d’une taxe sur les boissons sucrées.

Face à ces nombreuses menaces pour leur industrie, les fabricants de boissons ont investi massivement dans tous les marchés pour reformuler leurs produits et promouvoir la consommation de boissons alternatives aux boissons sucrées, telles que les boissons diètes. Celles-ci englobent tout un éventail de produits prêts à boire:

  • Boissons gazeuses
  • Cocktails de fruits
  • Boissons sportives
  • Eaux aromatisées
  • Cafés et thés

 

Les boissons diètes sont généralement définies comme des boissons sucrées artificiellement par l’ajout d’édulcorants de synthèse tels que le sucralose et l’aspartame, qui leur confèrent un goût sucré, mais sans leur ajouter de calories. Ces produits ont un coût de production équivalent, voire inférieur, à celui des boissons sucrées et représentent pour l’industrie un important secteur de marché pour le maintien de ses profits. Grâce à une stratégie marketing agressive, les boissons diètes ont réussi à se tailler une place de choix dans la perception des consommateurs comme une option santé tout indiquée pour remplacer les boissons sucrées. La consommation de ce type de boissons a rapidement progressé depuis les années 1990 et occupe aujourd’hui une place considérable dans l’éventail de boissons offertes pour les consommateurs. Au Québec, des données indiquent que les boissons gazeuses diètes représentaient 7 % des achats de boissons achetées en épicerie, soit le tiers des achats de boissons gazeuses en 2015-2016. Et c’est sans compter les achats dans les restaurants et autres types de détaillants alimentaires, dont les dépanneurs, qui sont responsables d’une part importante des achats de boissons gazeuses.

 

La littérature actuelle ne permet pas de conclure que la consommation de boissons diètes est un moyen efficace pour contrôler ou diminuer le poids.

Les boissons diètes et leurs effets sur le poids

La littérature actuelle ne permet pas de conclure que la consommation de boissons diètes est un moyen efficace pour contrôler ou diminuer le poids. Au contraire, les études menées chez l’adulte rapportent une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) ou du tour de taille, tandis qu’on observe un effet nul chez d’autres participants.

Les résultats sont sensiblement les mêmes chez les jeunes consommant des boissons diètes. Certains travaux indiquent que la consommation de ces boissons n’a pas d’effet sur le poids, tandis que d’autres observent une augmentation de l’IMC, du pourcentage de masse grasse et de l’incidence d’obésité chez les enfants et les adolescents.

Les boissons diètes et le diabète

Parce qu’elles s’apparentent aux boissons sucrées et que leur apport calorique est négligeable, voire nul, les boissons diètes sont souvent perçues par les diabétiques comme une solution de rechange idéale aux boissons sucrées. À ce propos, il est intéressant de souligner que l’American Diabetes Association, qui a reçu un financement de la compagnie Coca-Cola entre 2011 et 2015, recommande toujours ces boissons aux individus souffrant de diabète. Pourtant, depuis la fin des années 1990, de nombreux chercheurs rapportent des résultats mitigés quant aux bénéfices potentiels du remplacement des boissons sucrées par des boissons diètes. À ce jour, l’ensemble des résultats révèle des associations nulles ou positives entre la consommation de boissons diètes et le diabète de type 2. La plus grande prévalence de l’intolérance au glucose et du diabète de type 2 démontre d’ailleurs que ce type de boisson n’a pas édulcoré ce problème de santé.

Mécanismes d’action proposés

Des chercheurs ont proposé différentes hypothèses quant aux mécanismes d’action des boissons diètes. Les altérations métaboliques associées à la consommation de boissons diètes pourraient être expliquées en partie par une modification des comportements alimentaires et des hormones qui les régulent. Parmi les hypothèses évoquées, voici les plus citées :

  • Augmentation de l’appétit et de la préférence pour les aliments sucrés
  • Augmentation des apports énergétiques
  • Dérèglement de l’association cognitive entre le goût sucré et l’apport énergétique menant à une surcompensation subséquente
  • Dérèglement des hormones orexigènes et anorexigènes
  • Dérèglement du circuit cérébral de la récompense

Une des hypothèses et croyances les plus répandues est celle voulant que les boissons diètes augmentent l’appétit et la préférence pour les aliments sucrés. Toutefois, peu d’études de qualité chez l’humain sont disponibles afin de vérifier la justesse de cette hypothèse.

Quant au dérèglement des hormones orexigènes et anorexigènes et du circuit cérébral de la récompense, des recherches sur le microbiote suggèrent que celui-ci, de pair avec la sécrétion d’hormones diverses, pourrait jouer le rôle d’intermédiaire entre la consommation de boissons diètes et diverses conséquences métaboliques, notamment l’intolérance au glucose. Toutefois, d’autres études sont nécessaires afin de mieux comprendre cette relation et d’en tirer des conclusions.

En conclusion

L’état des connaissances actuelles sur la consommation de boissons diètes et diverses conditions de santé permet difficilement de considérer cette catégorie de boissons comme favorable à la santé. La majorité des études rapportent des associations entre la consommation de boissons diètes et la prévalence ou l’incidence de troubles métaboliques tels que le surpoids ou l’obésité, et le diabète. La nature de ces études ne permet toutefois pas d’établir de lien de causalité. Par conséquent, la majorité des experts s’entendent pour dire que les boissons diètes ne devraient pas constituer une solution de rechange à prioriser pour remplacer les boissons sucrées. L’eau, le café et les infusions de thé ou de tisane demeurent sans contredit les meilleures façons de s’hydrater sainement !

Au-delà des questions de santé, la consommation de boissons diètes comporte également son lot d’impacts environnementaux, au même titre que la consommation de boissons sucrées. Bien qu’une part importante de ces contenants soit consignée et récupérée, cela contribue à générer une quantité non négligeable de déchets solides et à relâcher d’importantes quantités de CO2 dans l’atmosphère, en plus de nécessiter l’utilisation d’une grande quantité d’eau.

 

Marie-Josée LeBlanc, DtP, Ph. D.
www.extenso.org

 

Références

  • WHO. 2015. Sugars Intake for Adults and Children. Guideline.
  • Borges, M C. et al.  « Artificially Sweetened Beverages and the Response to the Global Obesity Crisis ». PLOS Medicine 2017;14 (1): e1002195. doi:10.1371/journal.pmed.1002195.
  • Plamondon, Laurie, et Marie-Claude Paquette. «Boissons sucrées : tendances des achats au Québec, impacts sur la santé et pistes d’action ». Document synthèse et résumé 2246. Montréal, Québec: Institut national de santé publique du Québec. 2017 .
  • Crichton, G et al. « Diet Soft Drink Consumption is Associated with the Metabolic Syndrome: A Two Sample Comparison ». Nutrients 2015;7 (5): 3569-86. doi:10.3390/nu7053569.
  • Fowler, SP. « Diet Soda Intake Is Associated with Long-Term Increases in Waist Circumference in a Biethnic Cohort of Older Adults: The San Antonio Longitudinal Study of Aging ». Journal of the American Geriatrics Society 2015;63 (4): 708-15. doi:10.1111/jgs.13376
  • Laska, MN et al. « Longitudinal Associations Between Key Dietary Behaviors and Weight Gain Over Time: Transitions Through the Adolescent Years ». Obesity 2012;20 (1): 118-25. doi:10.1038/oby.2011.179.
  • Kral, TV.E et al. « Beverage Consumption Patterns of Children Born at Different Risk of Obesity ». Obesity (Silver Spring, Md.) 2008;16 (8): 1802-8. doi:10.1038/oby.2008.287.
  • Ruyter, JC. et al. « A Trial of Sugar-free or Sugar-Sweetened Beverages and Body Weight in Children ». New England Journal of Medicine 2012;367 (15): 1397-1406. doi:10.1056/NEJMoa1203034.
  • Aaron, D G., et M B. Siegel. « Sponsorship of National Health Organizations by Two Major Soda Companies ». American Journal of Preventive Medicine 2017;52 (1): 20-30. doi:10.1016/j.amepre.2016.08.010.
  • American Diabetes Association. « What Can I Drink? » American Diabetes Association. 2014 http://www.diabetes.org/food-and-fitness/food/what-can-i-eat/making-healthy-food-choices/what-can-i-drink.html.
  • Duffey, KJ et al. « Dietary patterns matter: diet beverages and cardiometabolic risks in the longitudinal Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA) Study123 ». The American Journal of Clinical Nutrition 2012;95 (4): 909-15. doi:10.3945/ajcn.111.026682.
  • Suez, J. al. « Artificial Sweeteners Induce Glucose Intolerance by Altering the Gut Microbiota ». Nature 2014;514 (7521): 181-86. doi:10.1038/nature13793.
  • Fagherazzi, G. et al. « Consumption of Artificially and Sugar-Sweetened Beverages and Incident Type 2 Diabetes in the Etude Epidémiologique Auprès Des Femmes de La Mutuelle Générale de l’Education Nationale–European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition Cohort ». The American Journal of Clinical Nutrition 2013;97 (3): 517‑23.
  • Mattes, Richard D., et Barry M. Popkin. « Nonnutritive Sweetener Consumption in Humans: Effects on Appetite and Food Intake and Their Putative Mechanisms ». The American Journal of Clinical Nutrition 2009;89 (1): 1-14. doi:10.3945/ajcn.2008.26792.