Des professeurs de la faculté décorés de l’Ordre national du Québec

25 juin 2019

Des membres de l’Université de Montréal ont été décorés de l’Ordre national du Québec le 20 juin, à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée à la salle du Conseil législatif de l’hôtel du Parlement en présence du premier ministre du Québec, François Legault.

L’Ordre national du Québec est la plus haute distinction décernée par l’État québécois. Les récipiendaires sont des personnes qui par leurs réalisations, leurs valeurs et leurs idéaux contribuent à l’évolution et au rayonnement du Québec. L’Ordre décerne trois grades d’insignes, soit grand officier, officier et chevalier.

« Je félicite les nouveaux membres de l’Ordre national du Québec pour les réussites qui leur ont valu d’intégrer notre panthéon. Je suis impressionné par l’ampleur et l’éventail de leurs réalisations. De la science aux arts, en passant par les affaires, la justice et l’engagement social et politique, ils sont des exemples inspirants et la preuve que rien n’est impossible au Québec », a souligné le premier ministre, François Legault.

Insigne d’officier

Daniel Borsuk est professeur adjoint à la Faculté de médecine de l’UdeM en chirurgie cranio-maxillo-faciale pédiatrique et adulte ainsi qu’en chirurgie plastique au CHU Sainte-Justine et à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. À la tête d’une équipe composée de neuf chirurgiens ainsi que d’une centaine d’autres ressources professionnelles de la médecine, le docteur Borsuk a pratiqué la toute première greffe faciale au Canada. L’opération, de quelque trente heures, s’est effectuée à Montréal en 2018. Sa présence forte et active, à Montréal, y a favorisé le déploiement de technologies pointues en matière de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

 

Trang Hoang est professeure au Département de pharmacologie et physiologie de l’UdeM et chercheuse principale à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université. En 2003, madame Hoang a contribué étroitement à fonder l’IRIC et elle y a aussitôt pris la tête du laboratoire de recherche sur l’hématopoïèse et la leucémie. Cette chercheuse de renom a découvert les cellules anormales qui causent certaines leucémies aigües lymphoblastiques (cancers fréquents chez les enfants).  De plus, elle a longtemps dirigé les programmes (interdisciplinaires et multidisciplinaires) de maîtrise et de doctorat en biologie moléculaire, offerts à l’Université.

 

Insigne de chevalier

Professeure émérite du Département de médecine de famille et de médecine d’urgence de l’UdeM et collaboratrice à l’Institut de recherche en santé publique de l’UdeM, Marie-Dominique Beaulieu s’est distinguée comme médecin soignante dévouée, formatrice et chercheuse prolifique sur les soins de première ligne. Elle a joué un rôle important dans l’émergence et l’essor, au Québec, de la médecine de famille comme discipline à part entière. Dans ce domaine, ses nombreuses activités de perfectionnement professionnel continu ont favorisé le transfert des connaissances. Ses multiples travaux, qui portent sur les pratiques cliniques préventives et les services de premier recours, ont permis des améliorations concrètes. À l’échelle nationale et provinciale, la docteure Beaulieu a contribué à l’élaboration de guides de pratique clinique, de directives sanitaires et de préconisations politiques.