Les IRSC accordent 3 M$ additionnels pour la plateforme POPCORN

5 juillet 2022
Caroline Quach-Thanh  CRÉDIT : AMÉLIE PHILIBERT
Caroline Quach-Thanh – Crédit photo : Amélie Philibert

Dirigée par la Dre Caroline Quach-Thanh, cette plateforme de recherche conjugue les forces vives en santé pédiatrique pour mieux protéger les enfants en temps de pandémie.

Grâce à un financement de 6,7 M$ octroyé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), des chercheuses et chercheurs en santé pédiatrique de 16 établissements au Canada sont unis par la plateforme de coordination des réseaux de recherche POPCORN (Pediatric Outcome ImProvement through Coordination Of Research Networks).

Les équipes de recherche étudient les impacts de la maladie, de la vaccination et des mesures de santé publique sur la santé et le bien-être des enfants et des jeunes.

« POPCORN favorise une approche de recherche multidisciplinaire et coordonnée à travers le pays, affirme la chef d’orchestre du projet Caroline Quach-Thanh, professeure au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de la Faculté de médecine et pédiatre, microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine. Cette précieuse ressource de recherche et de données vise à mieux protéger les jeunes contre la COVID-19, mais aussi contre toutes autres urgences sanitaires. »

Aux 6,7 M$ déjà investis dans la création de la plateforme, les IRSC ont annoncé l’ajout de 3 M$ pour un projet de séroprévalence de la COVID-19 en pédiatrie au niveau national.

Cette nouvelle enveloppe va servir à réaliser des études de séroprévalence en utilisant des échantillons résiduels d’enfants qui viennent à l’urgence pour toutes sortes de raisons, de façon à informer la santé publique sur la transmission non diagnostiquée de COVID-19 en pédiatrie, indique la Dre Quach. Pour obtenir ces données d’un bout à l’autre du pays et avoir une compréhension globale de la situation, l’Agence de la santé publique du Canada nous a demandé d’utiliser la plateforme POPCORN – présentement, seules des bribes de données dans certaines sous-populations sont disponibles.