Cérémonie des réussites étudiantes autochtones : une initiative socialement responsable

2 octobre 2019
Crédit : Mélanie Dusseault

Une dizaine d’étudiants autochtones de l’Université de Montréal ont été célébrés lors de la toute première édition de la Cérémonie des réussites étudiantes autochtones, se tenant le 12 septembre dernier au Carrefour des arts et des sciences.

Organisée conjointement par la Faculté de médecine et les Services aux étudiants (SAÉ) de l’Université de Montréal, cette cérémonie visait à souligner la motivation, la persévérance et les succès de la communauté étudiante autochtone de l’UdeM.

La soirée avait également pour objectifs de favoriser la création de liens solides entre les membres de la communauté universitaire autochtone, en plus de mettre en valeur les cultures autochtones et d’accroître leur représentativité au sein de l’UdeM.

À titre d’invité d’honneur, le recteur de l’Université de Montréal, le docteur Guy Breton, s’est adressé aux invités afin de présenter les efforts de l’UdeM pour améliorer l’accueil et l’intégration des étudiants autochtones. Parmi ces mesures, notons l’aménagement du salon Uatik, les formulaires d’admission offerts dans les 11 langues autochtones du Québec, les cours sur les langues et les cultures autochtones et le site web Place aux premiers peuples.

« Comme institution d’enseignement, notre engagement est de constituer un environnement d’études accueillant pour les étudiants des premiers peuples et leur offrir autant que possible des services qui correspondent à leurs besoins, parfois spécifiques. Vous êtes ici chez vous, je veux que vous le sentiez. Je veux aussi que toute la communauté étudiante vous accueille avec respect et ouverture. Grâce à vous, l’Université de Montréal est plus grande. »

La santé autochtone, une priorité facultaire

Également présente à l’événement, la doyenne de la Faculté de médecine, la docteure Hélène Boisjoly, a fait part des initiatives facultaires pour favoriser la réussite autochtone. « À la Faculté de médecine, nous avons à cœur de valoriser et d’encourager nos étudiants autochtones. Leur identité culturelle constitue une richesse pour notre institution et la santé autochtone fait partie de notre mission facultaire. »

Le mois dernier, la Faculté de médecine a reçu la reconnaissance internationale ASPIRE en responsabilité sociale. Cette reconnaissance atteste de l’engagement à orienter formations, recherches et services en fonction des besoins des communautés qu’elle dessert, particulièrement celles qui sont vulnérables, comme les peuples autochtones.

« Nous croyons fermement que la santé des communautés autochtones passe par leur autodétermination, c’est pourquoi nous souhaitons former des médecins autochtones professionnels et compétents qui pourront ensuite redonner à leur communauté », a ajouté la docteure Boisjoly.

À cet effet, la faculté participe au Programme des facultés de médecine pour les Premières Nations et les Inuits du Québec (PFMPNIQ). Dans le cadre de ce programme, chaque année, jusqu’à six étudiants québécois issus des Premières Nations et des Inuits peuvent être admis au programme de doctorat en médecine grâce à certaines conditions facilitantes. Ce programme vise aussi l’éducation des étudiants allochtones à la réalité et la santé autochtone.

La faculté offre également des stages dans des communautés autochtones, ainsi que des activités de mentorats pour les étudiants autochtones. Récemment, ils ont aussi créé un cursus longitudinal en santé autochtone pour favoriser l’exposition de tous les étudiants en médecine à ces connaissances et compétences.

Finalement, l’année dernière, le Bureau facultaire de la responsabilité sociale a mené trois forums citoyens en collaboration avec le Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec (RCAAQ). Cette démarche visait à réfléchir à la façon de favoriser l’accès des Autochtones à des professions en santé et de sensibiliser les acteurs de la formation aux réalités et à la culture autochtones.

« Par l’entremise de toutes ces initiatives, nous souhaitons non seulement faciliter l’intégration des étudiants autochtones et leur assurer une formation de qualité, mais également accroître leur fierté identitaire et leur représentativité », a expliqué la docteure Boisjoly.

Une semaine de festivités

La Cérémonie des réussites étudiantes autochtones s’est tenue dans le cadre de la cinquième édition de la Semaine autochtone Mitig qui vise à célébrer le patrimoine, la culture et la contribution uniques des peuples autochtones au sein de l’UdeM.

Du 9 au 13 septembre, l’UdeM est devenue le théâtre de spectacle de musique traditionnelle, d’art autochtone, de courts métrages et documentaires, de discussions et d’un atelier d’artisanat collaboratif.