L’immunothérapie est-elle en voie de supplanter la chimiothérapie?

19 juin 2018

Le Centre de recherche du CHUM annonçait le lancement d’une étude clinique visant à éprouver une nouvelle technique d’immunothérapie cellulaire faisant appel à un appareil appelé «trieur cellulaire», qui sélectionne les lymphocytes T les mieux armés pour combattre les tumeurs cancéreuses.

L’immunothérapie, qui fait appel aux forces vives de notre système immunitaire, remporte de francs succès dans la lutte contre le cancer. Serait-elle en voie de supplanter, voire d’éliminer définitivement, la chimiothérapie, qui a tant mauvaise presse ? Rien n’est moins sûr. Les traitements anticancéreux de l’avenir combineront chimiothérapie et immunothérapie. Reste à déterminer les combinaisons gagnantes…

L’immunothérapie du cancer a plus que jamais le vent dans les voiles. Elle se décline désormais sous différentes approches. La greffe de moelle osseuse, qui est la première immunothérapie à avoir fait ses preuves, demeure le traitement par excellence pour de nombreuses leucémies. Depuis cinq ans, des anticorps synthétiques qui bloquent les freins que les lymphocytes T du système immunitaire s’imposent s’avèrent efficaces pour éliminer certains mélanomes et cancers du poumon, et pour cette raison sont remboursés par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Lire la suite sur Le Devoir